La Rose blanche Hans et Sophie Scholl

La Rose blanche Hans et Sophie Scholl

24 k vues • 01/12/2011 • 32:06

Ce film rend témoignage à des jeunes allemands, Hans et Sophie Scholl, qui au nom de leur foi en Jésus-Christ et au prix de leur vie, choisissent de résister et de dénoncer le totalitarisme du régime nazi dans l’Allemagne des années 1940. C’est ainsi qu’au printemps 1942, ils fondent avec leur ami Alexander Schmorell, le groupe de résistance « La Rose blanche ». Ils sont aujourd’hui le symbole de la Résistance allemande pendant la seconde guerre mondiale.

Après un passage dans les jeunesses hitlériennes où ils prennent conscience de l’impact du régime nazi sur les jeunes, révoltés par la dictature d’Hitler et par les souffrances causées par la guerre, Hans et Sophie s’engagent dans une résistance active face au régime nazi. Issus d'une famille d'intellectuels protestants, eux-mêmes lecteurs assidus d'Aristote, de Saint Augustin ou de Goethe, ils sont soutenus par leur père et fortement encouragés par leur professeur de philosophie, Kurt Huber.
Grâce aussi à Karl Muth, professeur de théologie, Hans puis Sophie découvrent une foi réelle en Dieu, et s'engagent alors dans une résistance non violente. Par la fabrication de tracts destinés aux étudiants, par le placardage d'affiches et de slogans, le groupe affronte, avec un courage extrême, la menace de la répression hitlérienne.
Etudiant en médecine, Hans est contraint de partir sur le front de l'Est en tant qu'infirmier ; une expérience qui ne fait que confirmer sa révolte contre la politique du troisième Reich. A son retour, la Rose blanche rejoint un réseau national de résistance et leur action reçoit un écho plus large, grâce au millier de documents répandus clandestinement de Munich à Vienne, en passant par Stuttgart et Frankfort.
Ils sont arrêtés en janvier 1943 alors qu'ils distribuent des tracts dans l'université de Munich. Pendant leur procès, Sophie fait face avec un courage inébranlable et déclare : « Ce que nous avons dit et écrit, beaucoup le pensent. Mais ils n’osent pas l’exprimer. » Hans Scholl lui aussi résiste jusqu'à la fin en déclarant : « Dans quelque temps, c'est vous qui serez à notre place. »
Hans et Sophie, et leur ami Christophe Probst sont tous trois condamnés à mort quatre jours plus tard.

Par cet esprit de Vérité, qui prédomine face à la violence et la haine, Hans et Sophie ont choisi de ne pas trahir leur conviction profonde, leur combat pour la dignité humaine, au nom de leur foi en Jésus-Christ.

Ce film est réalisé par la Communauté du Chemin Neuf via le réseau international de prière « Net for God ».

Pour plus d'informations : https://www.netforgod.tv
Facebook: @INTERNATIONAL.ECUMENICAL.FRATERNITY
Instagram: @net_for_god
Twitter: @NetforGod
Pour nous contacter : netforgod@chemin-neuf.org
Pour nous aider : https://www.tipeee.com/net-for-god-fr
moins

Langues :
Français
Ce média est aussi disponible en :
English
Deutsch
(arabic) العربي
հայերեն (armenian)
Créole mauricien
Español
Magyar
Italiano
日本 (japanese)
Kirundi
Latviski
Lietuvių
Malagasy
Nederlands
Polski
Português
русский (russian)
Slovenský
Česky
Chaîne: Net For God

Kit d'animation

Intercession du mois

Pour ce mois, nous pouvons prier pour l’avenir de l’Allemagne, et retenir le texte que Hans Scholl pria avant son exécution, dans la première Épître aux Corinthiens, chapitre 13 :

« La charité ne se réjouit pas de l'injustice, mais elle met sa joie dans la vérité.

Elle excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout. […]

Maintenant donc demeurent foi, espérance, charité, ces trois choses,

mais la plus grande, c'est la charité. »

1 Cor 13, 5-7.13

Parole du mois

Pour ce mois, nous pouvons prier pour l’avenir de l’Allemagne, et retenir le texte que Hans Scholl pria avant son exécution, dans la première Épître aux Corinthiens, chapitre 13 :

« La charité ne se réjouit pas de l'injustice, mais elle met sa joie dans la vérité.

Elle excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout. […]

Maintenant donc demeurent foi, espérance, charité, ces trois choses,

mais la plus grande, c'est la charité. »